Les décors

LA COULEUR

Le verre coloré

En cristallin, La Rochère dispose d’une multitude de couleur en poudre, grain, baguettes … qu’utilisent les verriers pour concevoir les différentes pièces.
La Rochère peut aussi colorer un de ces pots de façon à obtenir une couleur homogène (ambre, bleu azur … ) pour la réalisation du service romantique par exemple.
En verre mécanique, La Rochère réalise peu de couleur mais les réalise dans la masse.
Les oxydes, sous forme de fritte (paillettes) sont ajoutés à la composition et le verre est teinté dans son intégralité. Ainsi coloré la couleur résiste au passage au lave vaisselle ce qui est important dans un usage quotidien.

LES TECHNIQUES

Le verre bullé :
Avant le moulage (d’être soufflé dans le moule), le verre (encore à 900°C) est trempé dans l’eau, saupoudré de carbonate de potasse, puis recouvert d’une seconde couche de verre. Sous l’effet de la chaleur, le carbonate de potasse se décompose en libérant du gaz carbonique, qui reste prisonnier du verre formant ainsi les bulles.

Le verre craquelé :
L’article (encore à 900°C) est brusquement immergé dans de l’eau pendant le cycle de moulage, le choc thermique ainsi provoqué craquelle le verre et la chaleur résiduelle assure la cohésion de l’ensemble.

Le verre sablé multicouches
Le verre sablé multicouche est un verre constitué de la superposition de plusieurs couches de couleur différentes.

A chaud, l’opération consiste à mouler l’article en soufflant et en tournant dans un moule en fonte ou en bois. Le verrier applique plusieurs couches d’émaux de couleurs différentes, puis réchauffe la pièce. Un porteur à l’arche dépose l’article dans un four de recuisson appelé arche. Cette opération permet de libérer ou amener les contraintes thermiques subies par le verre durant son façonnage à des valeurs acceptables pour éviter qu’il ne se brise lors d’un choc mécanique ou thermique. Pour certaines lampes, le cycle de recuisson peut durer plus de 5 heures.
Une releveuse contrôle chaque pièce en sortie d’arche.

Le travail se poursuit à froid où l’on pose sur la pièce des caches (similaires à des auto-collants).
Les pièces sont ensuite sablées, le sable sous pression attaque les parties laissées visibles par le cache. Le savoir faire des opératrices à ce moment est primordial et permet de doser avec justesse les nuances imposées par le dessin.
Pour finir, certaines zones sont polies pour obtenir un aspect brillant.

LES DECORS

Le verre avec bord or
Un filet d’or liquide est déposé avec un mince pinceau sur le bord du verre et recuit à 550°C environ.

Le verre taillé :
La taille des verres est faite par abrasion de la matière avec différents types de meules diamants. La brillance de la taille est obtenue par une opération de polissage à l’aide de roues de liège et de ponce puis polissage à l’oxyde de cérium avec des roues en feutre. Ce procédé mécanique a l’avantage de ne pas arrondir les tailles comme le fait le polissage à l’acide.

Facebook Twitter